Drogue et radicalisme, cibles prioritaires de la zone Ouest

La zone de police Bruxelles-Ouest a présenté, au dernier conseil de police, un état des lieux de la criminalité en 2017. La zone continue de mettre l’accent, entre autres, sur la lutte contre le radicalisme et la vente de stupéfiants.

 

La zone de police Bruxelles-Ouest (Molenbeek, Jette, Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe et Ganshoren) a validé lors de son dernier conseil de police l’état des lieux 2017 concernant le plan zonal de sécurité 2014-2019. Le premier

enseignement a en tirer de ce rapport est la baisse des infractions pénales. « C’est un rapport dans le bon sens car les infractions diminuent de manières significatives. Par contre, il y a une hausse ces dernières années des infractions aux lois spécifiques. Cela s’explique par le focus mis, via le plan canal, sur les activités illicites qui se font dans les cafés ou les snacks », souligne Françoise Schepmans, bourgmestre de Molenbeek et présidente du Collège de police.

En 2017, la zone de police Bruxelles-Ouest a enregistré 919 vols en moins surtout dans les habitations et dans les véhicules par rapport à l’année 2016 pour un total de 11.993 infractions en matière pénale et 4.069 aux lois spécifiques. « Les chiffres sont bons et on a envie de se dire que la police de Jette a bien travaillé. Mais je m’interroge sur le nombre de personnes qui vont réellement déposer plainte. Il serait intéressant de mener une enquête à ce niveau-là », souligne le conseiller de police Fouad Ahidar (sp.a).

La zone de police Bruxelles-Ouest a décidé de mettre l’accent sur six priorités : le radicalisme, la vente de stupéfiants, la fraude sociale, le trafic d’armes à feu, la sécurité routière et les nuisances.

On le sait, le focus sur la lutte contre le radicalisme a été accentué avec le plan Canal après les attentats de Paris en 2015 et de Bruxelles en 2016. Les chiffres 2017 sont en baisse de -55 % de faits entre 2016 et 2017. En janvier 2018, il restait tout de même 89 personnes considérées comme des « foreign terrorist fighters ». « Les chiffres sont positifs car cela montre qu’il y a moins de problème avec l’extrémisme violent à Molenbeek », souligne Françoise Schepmans.

La lutte contre la vente de stupéfiants est également une priorité. Dans ce domaine, les chiffres ont fortement augmenté entre 2012 et 2017 avec +80,7 % d’infractions sur l’ensemble de la zone. « La drogue est un fléau qui touche plusieurs quartiers de Molenbeek où la police a d’ailleurs

mis le focus », précise la bourgmestre de Molenbeek.

Les infractions liées aux nuisances sont en forte hausse à Ganshoren (+78,4 %) et Berchem-Sainte-Agathe (+38,1 %). Elles sont par contre en baisse à Koekelberg (-19,1 %). « Pour Ganshoren, les infractions sont en hausse au niveau de la propreté. Il y a beaucoup d’incivilités sur l’avenue Charles Quint. Mais si les chiffres augmentent, c’est aussi parce que nous avons mené des actions », souligne le conseiller de police Stéphane Obeid (MR). « Il faut maintenant que la police travaille sur le sentiment de sécurité. Il y a d’une part les chiffres qui montrent une baisse de la criminalité mais il y a également le sentiment de sécurité. On constate une augmentation des infractions au règlement général de police », conclut Françoise Schepmans.

Isabelle Anneet

Source : LaCapitale